Articles de recherche >

Childhood environmental harshness predicts coordinated health and reproductive strategies: a cross-sectional study of a nationally representative sample from France

Mis à jour le 22 décembre 2020 Publié

Référence

Mell, H., Safra, L., Algan, Y., Baumard, N., & Chevallier, C. (2018). “Childhood environmental harshness predicts coordinated health and reproductive strategies: a cross-sectional study of a nationally representative sample from France”. Evolution and Human Behavior, 39(1), 1-8.


Résumé

Les comportements en matière de santé et de reproduction varient considérablement au sein des populations humaines et entre elles. S’inspirant des principes de la théorie de l’histoire de la vie, la théorie de l’accélération psychosociale prédit que les individus se développant dans des environnements difficiles diminuent leur niveau d’investissement somatique et accélèrent leur calendrier de reproduction. Bien que cette prédiction générale bénéficie d’un soutien empirique constant, la plupart des études se sont concentrées sur quelques traits isolés de l’histoire de la vie et peu d’entre elles ont étudié la manière dont les individus appliquent des stratégies de vie dans les domaines reproductif et somatique pour produire des réponses comportementales coordonnées à leur environnement. Dans notre étude, nous étudions donc l’impact de la dureté de l’environnement pendant l’enfance sur les stratégies de reproduction et l’investissement somatique en appliquant la modélisation par équations structurelles (MES) à des données d’enquêtes transversales obtenues dans un échantillon représentatif de la population française (n = 1015, âge : 19-87 ans, les deux sexes). Ces données nous ont permis de démontrer que (i) la variation inter-individuelle de l’investissement somatique (par exemple, l’effort pour s’occuper de la santé) et du moment de la reproduction (par exemple, l’âge à la première naissance) peut être saisie par un continuum rapide-lent latent, et (ii) des stratégies plus rapides le long de ce continuum sont prédites par une plus grande dureté de l’enfance. Dans l’ensemble, nos résultats confirment l’existence d’un continuum rapide-lent et soulignent la pertinence de l’approche fondée sur le cycle de vie pour comprendre les variations des comportements liés à la reproduction et à la santé.