Qu’est-ce qu’une ville? Dans quel type de ville souhaitons-nous vivre demain? Comment la biologie peut nous aider à créer des villes durables?

L’École d’affaires publiques de Sciences Po s’associe à Harvard et au Centre de recherches interdisciplinaires (CRI) avec un objectif : réunir les étudiants de ces trois prestigieuses universités dans un programme qui mêle sciences dures et sciences sociales.

Crédits CRI
Crédits CRI
Pour un dialogue entre sciences dures et sciences sociales

Ce programme d’été explore les liens entre biologie, ingénierie, design et sciences sociales pour transformer les politiques publiques locales en privilégiant l’expérience des citoyens. Placés sous le patronage des 17 objectifs de développement durable de l’ONU, les étudiants travaillent à la résolution d’un problème concret afin d’améliorer la vie des parisiens en termes d’environnement, de santé ou d’éducation. “C’est une autre façon de penser le développement urbain et la ville”, explique Eana Men, étudiante à l’Université d’Harvard. “Par exemple, on étudie comment l’air passe dans les poumons, ou comment les protéines transitent. Puis, nous appliquons cela au fonctionnement de la ville”. L’ensemble des projets des étudiants de cette école d’été sera présenté à la Mairie de Paris sous la forme d’un film de trois minutes chacun.

Trois universités prestigieuses réunies à Paris

Organisé par les professeurs Robert Lue et Alain Viel du département de Biologie moléculaire de Harvard en coopération avec François Taddei, directeur du CRI et Yann Algan, doyen de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, le programme rassemble 40 étudiants : 20 étudiants de Harvard, 10 étudiants du CRI et 10 étudiants de Sciences Po.

Afin de nourrir leur projet, le programme intensif de huit semaines comprend des conférences, des ateliers de design, des balades d’observations ethnographiques dans différents quartiers de Paris et la participation à des événements comme Futur en Seine.

Liens utiles

cropped-screen-shot-20161