Articles de recherche >

Friendship Networks and Political Opinions: A Natural Experiment among Future French Politicians

Mis à jour le 22 décembre 2020 En cours

Référence

Algan, Y., Dalvit, N., Do, Q. A., Le Chapelain, A., & Zenou, Y. (2019). “Friendship Networks and Political Opinions: A Natural Experiment among Future French Politicians”. CEPR Discussion Papers 13771, C.E.P.R. Discussion Papers.


Résumé

Nous étudions comment l’amitié façonne les opinions politiques des étudiants dans le cadre d’une expérience naturelle. Nous utilisons un indicateur permettant de savoir si deux élèves ont été affectés de manière exogène à un « groupe d’intégration » à court terme, sans lien avec les activités scolaires et dissous avant le début de l’année scolaire, comme variable instrumentale de leur amitié, afin d’estimer l’effet de l’amitié sur les résultats des opinions politiques par paire dans les régressions dyadiques. Après six mois, l’amitié entraîne une réduction des différences d’opinion d’un quart de la différence moyenne. Elle fonctionne probablement par un mécanisme d’homophilie, par lequel l’amitié amène des étudiants politiquement similaires à rejoindre des associations politiques ensemble, ce qui renforce leur similarité politique. L’effet est fort chez les paires initialement similaires, mais absent chez les paires dissemblables. L’amitié affecte les écarts d’opinion en réduisant les divergences, donc la polarisation et l’extrémisme, sans forcer les opinions des individus à converger. Les caractéristiques du réseau comptent également dans l’effet d’amitié.