Projets

Trust

De 2010 à 2014, Yann Algan fut lauréat d’un premier financement du Conseil européen de la recherche (ERC) pour son projet TRUST – Culture, Coopération et Economie.

(crédit phloxii – Shutterstock.com)
(crédit phloxii – Shutterstock.com)

 

Le projet TRUST a pour ambition d’étudier les attitudes sociales, la confiance et le bien-être en France et dans d’autres pays, et d’identifier les politiques publiques qui permettraient justement d’augmenter le bien-être, la coopération au sein des sociétés.

Le projet se distingue par deux innovations majeures. La première est une question de méthode : essayer de mesurer en temps continu et à grande échelle les comportements sociaux et le bien-être sur le Big Data. Pour cela, Yann Algan et ses équipes ont développé, en particulier avec le medialab, des capteurs sociaux sur le superspace en exploitant les big data, en étudiant les requêtes des personnes sur Google, liées à leur stress ou bien-être. Cela permet de mesurer en temps continu et de manière très précise géographiquement quels sont les symptômes de bien-être ou de mal-être d’une population.

De la même façon, le projet vise à expliciter les comportements prosociaux des gens en leur demandant, à travers des plateformes expérimentales, d’effectuer des tâches interactives pour mesurer leur niveau de coopération. Les déterminants de la confiance et du bien-être sont analysés sur des échantillons représentatifs de milliers d’individus dans différents pays, en partenariat avec l’OCDE. Cela permet d’aller au-delà d’une approche traditionnelle de l’économie centrée sur la mesure du PIB et du bien-être en termes de revenus, en tenant compte du capital social, du capital environnemental, des inégalités,etc.

La deuxième partie du projet TRUST est d‘évaluer les politiques publiques qui permettent de développer la coopération. L’accent est mis surtout sur les politiques éducatives, avec de nombreux projets qui essayent dès l’école de cibler ce que l’on appelle les capacités non-cognitives ou les compétences sociales, qui sont absolument essentielles – peut-être plus que les compétences cognitives ou les résultats scolaires – pour expliquer non seulement le bien-être des jeunes, notamment lorsqu’ils deviennent adultes, mais aussi pour expliquer ensuite leur insertion professionnelle et leur niveau de santé. Dans une conférence TED, Yann Algan prône ainsi une école de la coopération, du bien-vivre et de la confiance mutuelle : une école qui replace le plaisir au coeur de l’apprentissage et qui favorise le développement des capacités sociales.

Ce type de travaux est dans la mouvance de ce que développe James Heckman à Chicago. Ils contribuent au développement, en France et en Europe, de toute une expertise sur les politiques éducatives qui permettent de développer la coopération et le bien-être chez les enfants.

logoERC

Vous pouvez consultez ci-dessous les interviews de Yann Algan accordées au Monde sur l’importance de développer la confiance et la coopération à l’école :